Comment sortir de l’abandon avec l’haptopsychothérapie?

Le contexte :

Yacine est un homme de 40 ans.

Il a souffert de nombreuses carences affectives.

En effet, ses parents ne l’ont pas vraiment désiré, accueilli et aimé. Il n’a pas été confirmé affectivement. Sa mère a continué à fumer à boire de l’alcool alors qu’elle était enceinte de lui.

Nous voyons bien que le climat in utero était déjà insecure.

Toute son enfance, il a souffert de dévalorisation et de honte de la part de ses parents. Il y a eu également de la maltraitance (coups physiques et verbaux) ainsi que de la perversité à son égard.

Ce que Yacine acte c’est qu’il souffre d’une carence nommée abandonnisme.

La définition de l’abandonnisme est la suivante : cette carence correspond au sentiment et à l’état d’insécurité permanente, liée à la crainte irrationnelle d’être abandonné par ses parents ou ses proches, et ce , sans rapport avec une situation réelle d’abandon.

C’est l’accompagnement haptonomique qui fera prendre conscience à Yacine qu’il souffrait de cette carence.

En effet, il a du se débrouiller seul, ses parents ne venaient pas le rassurer, avant de dormir, lorsqu’il était anxieux pour les lendemains d’école. Sa mère l’a laissé revenir de l’école seul le premier jour de sa rentrée scolaire, il avait 6 ans. Il était paniqué à l’idée de ne pas retrouver son chemin vers la maison; il s’agit d’un exemple parmi tant d’autres. Ce qui fait qu’il a développé un fonctionnement de vouloir gérer ses difficultés seul et de ne pas souvent demander d’aide d’autrui.

Avant de vous évoquer le déroulement de la séance, je vais vous conter les 3 séances de découverte de l’haptopsychothérapie qui font parti du travail thérapeutique.

La première séance d’haptopsychothérapie : la vulnérabilité : 

Yacine se rend compte qu’il peut ne plus être chatouilleux par le prolongement.

Il découvre par lui-même ses propres facultés haptonomiques.

Donc rien de magique, nous avons tous cela en nous et nous pouvons l’appliquer au quotidien pour améliorer nos relations à l’autre. Cette séance est la découverte que nous pouvons interagir avec l’autre d’une manière différente.

La seconde séance d’haptopsychothérapie : la corporalité animée :

Yacine se sent, après cette séance un tout, vivant et secure. La corporalité animée c’est sentir la différence entre avoir un corps et être une corporalité animée, à savoir se reconnecter à son corps, redonner vie à son corps.

La troisième séance d’haptopsychothérapie : le circum sensus :

c’est percevoir sa présence au Monde, se déployer, prendre sa place. Cette séance permet de découvrir la possibilité d’occuper tout l’espace.

Yacine a pu ressentir qu’il pouvait être secure par lui-même.

Le déroulement de la séance : l’abandonnisme : 

Yacine a pris conscience lors de cette séance qu’il n’avait pas de figure d’attachement, protectrice sur laquelle il aurait pu s’étayer en étant enfant et ce même s’il le savait. Le savoir n’est pas le sentir, le ressentir dans ses émotions, dans son corps, dans son être, l’intégrer.

Après une année de thérapie, Yacine a pu reconstruire des bases solides.

Il est plus confiant dans ce qu’il entreprend et surtout il se sent confirmé dans son être et est secure.